1999 , 73' , couleur , documentaire

Réalisation : Philippe Roizès. Production : Compagnie Panoptique, Compagnie des phares et balises, La Sept-Arte. Participation : CNC, ministère de la Culture et de la Communication (DMDTS).

Ce documentaire explore le rap sous tous les angles : phénomène de société autant que courant musical, alternative à la violence et au désespoir, expression poétique, affirmation d'une conscience politique ou recherche d'une identité multiculturelle. Dans les banlieues de Paris et Marseille, à Londres, Berlin et Alger, la culture hip-hop rend parole et dignité à la jeunesse des ghettos urbains.

"Une pluie de rimes s'abat sur la France..." Les rappeurs de Ministère A.M.E.R., I AM, Fonky Family, 3e Oeil, Intik, Hamma ou La Rumeur témoignent de cette réappropriation de la langue par des jeunes d'origine immigrée, sur fond d'enfermement dans des cités sinistrées. La démission des politiques, les violences policières et les injustices du libéralisme sont dénoncées avec une lucidité glaciale, la colère restant entièrement contenue dans la bande-son des textes entrecroisés avec les interviews ; car, en contre-point, tout le film baigne dans un climat de douceur et de lenteur qui contraste avec son propos. L'habillage réalisé à partir des évolutions des Yamakasi, athlètes aériens bondissant par-dessus les murs et entre les tours des cités, constitue la métaphore de la culture hip-hop et de son rêve d'émancipation.

Je rap donc je suis documentaire hip hop